Comment bien choisir votre assurance dépendance ?

Comment bien choisir votre assurance dépendance ?

L’état de dépendance désigne la difficulté, voire l’impossibilité, d’accomplir les actes essentiels de la vie quotidienne sans assistance.

Que le vieillissement, une maladie ou un accident en soit à l’origine, les conséquences financières et morales peuvent être lourdes pour la victime comme pour son entourage.

Afin de faire face à ces situations, il existe des contrats d’assurance dépendance pour pouvoir continuer à vivre normalement, sans devenir une charge pour la famille. 

 

En quoi consiste l’assurance dépendance ?

Un contrat d’assurance dépendance se destine aux individus soucieux de préparer l’éventualité d’une perte d’autonomie. Ainsi est prévu le versement d’un capital ou d’une rente mensuelle pour couvrir : 

  • une dépendance totale. L’assureur prend en charge l’intégralité des services et des soins spécifiques liés à l’incapacité de se déplacer, se nourrir, se laver et s’habiller ;
  • une dépendance partielle. Le montant varie selon le degré de l’atteinte physique et des troubles du comportement.

Intervention d’une aide à domicile pour le ménage et la cuisine, téléassistance, achat d’un matériel médical adéquat, travaux d’aménagement du logement : les frais peuvent en effet être colossaux.

Quoi qu’il en soit, tous les contrats proposent un service d’information, de prévention et de conseils personnalisés pour limiter les désagréments du handicap. En outre, les primes sont fonction du montant de la somme prévue au contrat et peuvent augmenter dans le temps, dans le cas où la prestation est versée.

Pour bénéficier d’une cotisation intéressante, il est préférable d’adhérer avant 70 ans. Après 75 ans, le risque de devenir dépendant est élevé et il vous sera difficile de souscrire ce type de contrat.

Le fonctionnement de l’assurance dépendance

Les types de couverture

Les compagnie d’assurance ont élaboré un contrat de prévoyance et un produit d’épargne. Dans le premier cas, l’assuré ou ses proches sont libres d’utiliser cet argent pour financer la solution qui convient le mieux.

Si l’assuré reste en parfaite santé jusqu’à son décès, les fonds versés sont perdus, à l’image d’une assurance auto. Dans le second cas, il s’agit d’une assurance vie et le capital constitué est distribué à la personne dépendante sous forme de rente, dès la réalisation du risque. Si l’assuré vient à décéder, les héritiers perçoivent le montant prévu au contrat, moins les sommes déjà versées. 

L’expertise médicale

Pour bénéficier de ces prestations, il convient d’être préalablement reconnu dépendant. Pour cela, l’assuré se voit remettre par son médecin traitant un questionnaire médical, qui déterminera le degré d’incapacité. Les personnes souffrant d’une pathologie considérée comme aggravante doivent généralement se soumettre à des examens médicaux complémentaires. L’assureur dispose ainsi de toutes les données utiles pour évaluer la demande d'indemnisation de l'assuré. Si celle-ci est validée, le taux défini s’applique selon le barème d’indemnisation présent dans le contrat d’assurance. 

Les délais de carence et de franchise

Une période comprise généralement entre 1 et 3 ans (selon les compagnies d'assurance) après la signature du contrat est généralement prévue, durant laquelle les garanties restent sans effet même si la perte d’autonomie est avérée. Seul un accident soudain postérieur à la souscription empêche l’application du délai de carence. À cela s’ajoute un délai de franchise, la compagnie d'assurance versant les premiers frais de dépendance en général 90 jours après la date de reconnaissance de la perte d’autonomie. 
Il convient donc de souscrire le plus tôt possible ce type de garanties.

Pour toute question ou obtenir un devis d' assurance perte d'autonomie, contactez votre assureur conseil Just'Assur  par téléphone au 09 88 28 96 86 ou comparez les formules de garanties directement en ligne !